L'équipe patrimoniale de CSO & Associés est présente pour vous apporter

le meilleur du conseil en gestion de patrimoine.

"L'accès à la gestion privée patrimoniale "

Nous répondons en toute indépendance à toutes vos attentes

et fournissons un conseil de qualité pour les particuliers et pour les entreprises

 

Notre expertise dans les domaines de :

 

- la fiscalité,

- l’épargne,

- la retraite,

- la prévoyance

- l’immobilier

garantira la meilleure réponse à vos besoins, .

Au travers d'une découverte patrimoniale selon un process agrée par l'AMF et l'ACPR nous effectuons  sur vos contrats d'assurance vie et de capitalisation des allocations de fonds exclusivement selon votre profil, en mettant en action des corrélations  entre les lignes d'unités de compte, nous recherchons pour vous le meilleur rapport rendement / volatilité.

 

Au-delà d'une relation de confiance que nous entretenons avec les compagnies d'assurance proposant les véhicules d'investissements, nous entretenons une relation directe avec de nombreux fonds pour recueillir directement  auprès d'eux un suivi de leurs gestions, arbitrages et d'analyses des marchés.

 

Un suivi permanent et personnalisé : chaque trimestre vous recevez un rapport de gestion, et au minimum un fois par an, nous faisons un point avec vous sur vos placements en fonction des performances obtenues et de vos éventuels changements de situation  au niveau patrimonial, familial, successoral, professionnel et fiscal. Ce suivi attentif et rigoureux permet sans cesse d'adapter notre gestion.

 

Si vous êtes déjà conseillés nous établissons avec votre notaire, expert comptable ou vos avocats une relation de travail pour proposer avec leurs concours des solutions strictement adaptées à votre situation et vous faire bénéficier de ces cumuls d'expertises.

Notre action vise à :

 

- Vous constituer, diversifier, sécuriser et valoriser un patrimoine

​- Transmettre votre patrimoine

- Optimiser légalement votre fiscalité

- Préparer votre retraite

- Protéger vos proches

- Améliorer la rentabilité de votre entreprise

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT

Le blanchiment d'argent est un délit qui consiste à donner une apparence légitime à des capitaux qui proviennent en réalité du trafic de stupéfiants, d'activités criminelles organisées, de fraudes financières ou fiscales, ou encore du terrorisme.

Faciliter, par tout moyen, la justification mensongère de l'origine des biens ou des revenus de l'auteur d'un crime ou d'un délit ayant procuré à celui-ci un profit direct ou indirect ou apporter un concours à une opération de placement, de dissimulation ou de conversion de ce type de produits sont des agissements pénalement sanctionnés.

Les établissements bancaires et financiers, ainsi que certaines professions, sont obligés de déclarer toute opération douteuse aux autorités compétentes. La lutte contre le blanchiment constitue une priorité pour les organismes financiers et les conduit à exercer une surveillance permanente des opérations bancaires. Cette préoccupation constante nécessite une parfaite coopération avec les pouvoirs publics.

Surveillance et déclarations

Le renforcement législatif des obligations en matière de lutte contre le blanchiment impose aux organismes :

un devoir de surveillance des transactions qui s'articule autour de plusieurs exigences :

Vigilance :

Les banques doivent s'astreindre à une grande prudence chaque fois qu'une opération leur est proposée avec des capitaux dont elles ne peuvent s'assurer l'origine, particulièrement dans le cas des mouvements réalisés en espèces.

La vigilance du secteur bancaire et de celui des assurances se traduit par l'instauration de nouvelles pratiques professionnelles (identification des clients suspects et vérifications d'identité, détection des opérations suspectes, contrôle obligatoire des opérations importantes, procédure de vérification des chèques).

Les organismes financiers doivent aussi soumettre à un examen particulier toute opération portant sur un montant inhabituellement élevé ou complexe ou qui ne paraît pas avoir de justification économique ou d'objet licite.

Renseignement et signalement :

Les organismes financiers doivent vérifier la provenance, l'emploi et la destination des fonds circulants et conserver les pièces justificatives.

une déclaration de soupçon obligatoire des opérations susceptibles de provenir d'activités répréhensibles. Cette déclaration s'impose notamment aux professionnels qui soupçonnent ou ont des bonnes raisons de soupçonner que certaines sommes ou opérations proviennent d'une infraction punie d'une peine privative de liberté supérieure à un an ou participent au financement du terrorisme.

Les banques sont tenues de déclarer à la cellule spécialisée TRACFIN les opérations dont l'identité du donneur d'ordre est douteuse, effectuées à partir de capitaux dont les bénéficiaires ne sont pas connus ou par des personnes ou des organismes domiciliés dans un des pays reconnu comme non coopératif dans la lutte internationale contre le blanchiment par le groupement d'action international.

Toutefois, les organismes financiers disposent de la possibilité de ne pas procéder à la vérification de l'identité de leur client (et le cas échéant du bénéficiaire effectif de la relation d'affaires) dès lors que le risque de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme est faible, cette procédure de vigilance simplifiée étant applicable uniquement si certaines conditions sont réunies.

Coopération et autorités spécialisées

Les dispositifs de lutte s'améliorent constamment, avec l'aide d'autorités spécialisées, à la fois dans un cadre :

international ou européen :

  • des recommandations du GAFI (Groupe d'action financière, instance internationale de concertation et de coordination en matière de lutte contre le blanchiment d'argent) ;

  • et des directives européennes (la dernière directive concernant le blanchiment ayant été adoptée le 20 mai 2015).

  • et national (TRACFIN - Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins, chargé notamment de recevoir les déclarations de soupçon émises par les professionnels concernés par le dispositif anti-blanchiment).